Faux

Patis (2006-2008), Surfaces (2009-2010) ou La petite Amazonie (2012-2013), Bruno Vautrelle opére également dans ces séries à un enchantement du réel. En proposant ses paysages scrupuleusement composés, il pousse la Nature à dévoiler ses sortilèges. Débutée avec Les Faux (2003-2005), cette démarche posait en ligne de force la tension entre une technique au service scrupuleux de la réalité et une apparente abstraction. Forêt domaniale de Verzy, département de la Marne, France. Il y danse des arbres uniques au monde : Faux Fagus sylvatica tortuosa. Un drôle de virus leur a fait perdre le Nord; les branches plongent vers un sol d’où les racines tentent de s’échapper. Troncs chantournés, tirebouchonnés, tournés vers un chant intérieur que Bruno Vautrelle rend à merveille dans son premier travail. À merveille : nous sommes dans un monde où les sortilèges sont saisis avec une précision diabolique. C’est déjà la lumière qui fait tenir ensemble une profusion de détails figés dans un rendu quasi clinique; c’est déjà la multiplication de ces signes qui dessinent des formes comme fantasmatiques. Un hommage au Groupe f.64, fondé en 1932 par Ansel Adams, Imogen Cunningham et Edward Weston auquel Vautrelle a su emprunter la vigueur de la théorie et de la technique pour construire ses mondes singuliers.

Fermer

Faux

Bruno Vautrelle - 1
Bruno Vautrelle - 2
Bruno Vautrelle - 3
Bruno Vautrelle - 4
Bruno Vautrelle - 5
Bruno Vautrelle - 6
Bruno Vautrelle - 7
Bruno Vautrelle - 8
Bruno Vautrelle - 9
Bruno Vautrelle - 10
Bruno Vautrelle - 11
Bruno Vautrelle - 12
Bruno Vautrelle - 13
Bruno Vautrelle - 14
Bruno Vautrelle - 15
Bruno Vautrelle - 16
Fermer
Works